gal via appia byblos
groupe d'action locale
 | 
publications

La “Via Appia” d’Orient
Jbeil – Byblos

Dans la collection Histoire et Patrimoine de Byblos, après l’étude consacrée à la Cathédrale.

Saint Jean-Marc de Jbeil, couvrant à la fois l’architecture de l’édifice et l’évolution historique locale ou nationale qui se rattache à cet édifice, d’une importance majeure, depuis le XIe siècle jusqu’a la fin du XIXe, Raphaël Sfeir présente un nouveau chapitre de l’histoire de la Ville de Byblos et la région de Jbeil, relatif à l’époque romaine (IIe et IIIe siècles ap. J.C.), et dont l’élément central est la route romaine, qui fut, non seulement une voie de passage, mais surtout, un outil de communication et d’échanges culturel, religieux et commercial.

La Via Appia d’Orient partait de Byblos, serpentait à travers la montagne avoisinante, traversait la vallée de la Békaa et aboutissait à Damas. Cette voie romaine était le prolongement de la route qui partait de Rome vers le Sud de l’Italie, où elle s’arrêtait à Brindisi sur les bords de la Mer Adriatique, pour reprendre sa trajectoire, à partir de la rive orientale de la Méditerranée, à Byblos où ses vestiges sont encore visibles.
Dans sa “Mission de Phénicie”, Ernest Renan avait établi l’essentiel de l’épigraphie régionale: une inscription latine rupestre à Darjet Mar Semaan près de Aqoura; une inscription latine sur un rocher à Afqa mentionnant le fleuve; et de nombreuses inscriptions forestières d’Hadrien en latin.
Loin de prétendre rédiger une étude scientifique exhaustive, ou une création originale, l’auteur
se contente de passer en revue les ouvrages specialisés plus ou moins récents et les études consacrées à l’itinéraire de la Via Appia d’Orient, d’en tirer les éléments essentiels et les plus intéressants, pour les mettre entre les mains des personnes intéressées : étudiants, chercheurs, touristes ou citoyens de Byblos… dans un style accessible aux profanes, avec le plus d’illustrations possible.